FIX YOU (t.b)
bienvenue sur the big break

Partagez | 
 

 FIX YOU (t.b)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

L. Deer Toussaint

arrivée le : 15/08/2012
posts : 186
crédits : .lollipops
avatar : Tim Borrmann.
âge : 24 requins.

MY ROLE PLAY CARD
Libre pour RP ?: Oui

MessageSujet: FIX YOU (t.b)   Mer 15 Aoû - 23:25

LEONEL DEER TOUSSAINT
tim borrmann ▽ the australians

PRÉNOMS C'est pas très commun, mais je me prénomme Deer, oui comme un cerf, à croire que mes parents aimaient la nature. Sinon, mon premier prénom c'est Leonel, mais je ne m'en sers pas beaucoup. ♕ NOM Toussaint, on dit merci à ma mère qui est française, c'est un massacre quand les australiens prononcent mon nom. ♕ ÂGE 24 ans, je sais, je fais plus jeune, mais je me dis que plus tard, ça sera avantageux. ♕ NATIONALITE Américain et français. ♕ VILLE D'ORIGINE Nice en France. ♕ PROFESSION Sauveteur et professeur de surf. ♕ ÉTUDES Cinq ans en sociologie, mais mes études ne m'ont pas servies. ♕ ÉTAT CIVIL Célibataire, je suis bien tout seul faut croire. ♕ ORIENTATION SEXUELLE Hétérosexuel, j'ai déjà essayé avec un homme, j'étais très torché, et ... non.


QUE REPRÉSENTE LA VIE À DARWIN ET EN AUSTRALIE POUR TOI ? Le paradis des vagues. C'est con à dire pour quelqu'un qui a appris à nager il y a peine un an et appris le surf par la même occasion. Mais, c'que j'aime cet endroit, t'es tranquille, tu peux avoir la mer et l'océan et je ne parle pas des gens sympas qui se trouvent ici. Gros soleil toute la journée, c'magnifique quoi.

LA LISTE DE VOS QUALITES ET DE VOS DEFAUTS
Débrouillard, timide, ouais bon faut me donner une petite chance et c'est seulement quand vient le temps d'aider une belle fille à faire du surf, sinon j'ai la discussion facile avec tout le monde, je réfléchis impulsivement, je suis naïf, à ce qui parait je suis gentil et serviable, je manque de maturité, faut pas se le cacher, j'ai une bonne écoute à ce qu'on dit, je ne dis pas toujours ce que je pense, je manque de franchise, j'embarque dans toutes les conneries, d'accord pas dans ceux qui vont me foutre en taule, mais sinon, je suis toujours partant.

TU SAIS SURFER ? Bien sûr, c'est pas pour rien que je suis prof de surf, bon je ne fais de compétition, mais je suis très bon, enfin je crois et puis, c'est devenu un truc que je dois faire tous les jours, sinon je suis maussade et de mauvaise humeur. ♕ T'AS PEUR DES CROCODILES ? Non, mais disons que je serais pas prêt à les flatter et à me mettre copain avec eux, trop peur qu'il me bouffe ou m'arrache un bras. ♕ IMAGINES-TU PASSER LE RESTANT DE TA VIE ICI ? Je ne sais pas, peut-être bien, pour l'instant je me plais vraiment ici, mais me connaissant, je crois qu'un jour je vais partir après avoir vécu ce que j'avais à vivre. Mais bon, on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve, n'est-ce pas ?

C'EST L'HEURE DE LA SÉQUENCE ÉMOTION

Ça va ? La caméra fonctionne maintenant ? Oui ? D'accord merci.

Alors, bonjour tout le monde, je vais commencer par me présenter, vous ne me connaissez sûrement pas, mais vous allez apprendre beaucoup sur moi pendant les prochaines minutes. Je me nomme Deer, j'ai vingt-quatre ans depuis peu et ce que je vais vous racontez est mon histoire. Je ne vais pas vous parler de ma famille, de ma naissance et tout le reste. Je crois que vous allez comprendre d'où je viens dans ce qui suit, soyez seulement patient.

Chapitre Un.

C'est ici que tout débute. À l'âge de dix-sept ans, j'ai commencé à perdre foi en l'humain, mais surtout en l'humanité. Je voyais les horreurs dans les relations humaines, les pires décisions prises par les gouvernements, la violence, la facilité avec laquelle l'humain crachait sur les trucs précieux de la vie. Je me dégoûtais moi-même dont la manière je réfléchissais, que je marchais dans la rue, à rire alors qu'un mendiant avait peine assez d'argent dans son gobelet de café pour s'acheter un truc à manger. À toutes les fois, je finissais par m'arrêter, l'envie de revenir sur moi-même, de lui donner mon dollars que j'allais sûrement me servir seulement pour m'acheter des bonbons dans une distributrice alors que j'en avais un sac plein chez moi. Mais, à toutes les fois, je continuais mon chemin en me disant que la prochaine fois, j'allais donner mon argent, mais comme vous pouvez le deviner, je ne le faisais jamais.


Ce n'est pas là où je veux en venir.

Il y a y un an, je suis partie, six mois en tout, aux USA. J'ai décidé, avec certaines raisons que vous allez vois plus tard, de partir. Faut croire aussi que je voulais faire autre chose de ma vie que de rester sur une chaise et rien faire de mes fesses, me prouver à moi-même que j'étais capable d'accomplir un truc, de prendre une décision. Vous allez rire, mais avant je n'étais pas du style impulsif, je ne me contentais seulement de suivre un truc que je croyais être bon pour moi-même. Ma vie était ennuyante, tant qu'à moi, c'est une autre histoire. Et puis, j'avais peur tellement peur de sortir de chez moi. Je me contentais seulement de prendre ce que l'existence me donnait. Je savais pourtant faire la bamboula et tout ça, je sortais avec des copains tout un week-end, mais ça n'allait jamais plus loin. Je crois que je me suis lassé de tout ça, j'ai eu envie d'aller plus loin, prendre un risque, un peu comme choisir un autre truc au restaurant que le truc qu'on prend toujours normalement. Le plus pire dans tout ça, c'est que j'avais déjà mon passeport en poche,à croire que je m'étais préparé à un éventuel voyage d'une semaine à Cuba pour les vacances du mois de Mars. Pourtant, j'avais peur, vraiment peur, car je ne savais pas ce qui m'attendait, je ne savais pas ce que j'allais faire au juste, c'était le néant complet, comme lorsqu'on marche dans une pièce sombre. Personnellement, c'était ça le but, découvrir un monde inconnu, pareil lorsqu'on va la première fois chez un ami. Je peux vous confier que je ne parlais pas un mot anglais, je me débrouillais, mais malheureusement, avec mon accent en plus de tout ça, je crois que c'était le truc le plus affreux sur la planète. Je me souviens, j'avais tellement peur plus de mon arrivé aux États-Unis reste flou, je sais seulement qu'il y avait un homme aux douanes avec une moustache qui m'a posé des questions, sinon c'est le néant. C'est fou quand on y pense comment le stresse est fort. Je m'écarte

Je sais que vous vous attendez à ce que je vous raconte tout mon voyage dans les moindres détails, mais malheureusement ça ne sera pas le cas, je suis pas certain que Youtube va digérer une vidéo de plus de cinq heures, à moins que je paye, mais non.

Chapitre Deux.

Alors voilà, quand je suis entré aux États-Unis, je n'avais pas de carte pour m'indiquer quelle route prendre, j'y suis allé comme on pourrait dire 'les yeux fermés'. Pourtant, malgré le fait que j'avais les jambes qui tremblaient, que j'avais mal au ventre à me plier en deux, je savais au fond de moi-même que j'allais connaître ce qu'on appel le bonheur. En parlant de bonheur, pendant mon voyage, j'en ai découvert plus sur la vie en six mois qu'en l'espace de vingt-quatre ans. Je me suis toujours demandé comment les gens pouvaient être heureux, comment le bonheur arrivait, s'il restait avec nous pour toute la vie ou s'il partait un jour. Je suis un mec, dans les règles de l'art, un mec se contente de vivre, pas de se poser des questions philosophiques sur la vie. Moi, je me les posais, même si je crois que je ne suis pas le seul à m'être mit à ça, on n'a qu'à prendre Albert Einstein en exemple. Bref, j'ai finalement découvert comment être heureux dans la vie. La majorité des gens s'empêchent de vivre par peur, comme moi je me suis empêché de quitter mon chez soi par peur. Les gens mettent ça sur la faute de la peur, comme lorsque quelqu'un refuse de nager, car il a peur de l'eau, plutôt de se noyer ou de se faire manger par un monstre marin dans le genre le monstre du Loch Ness, mais je crois que derrière ça, les gens ne pensent qu'on peut trouver une part de bonheur, vous voyez comme lorsque quelqu'un saute en parachute alors qu'il a la peur de sa vie de mourir écrasé, et qu'une fois rendue en-bas, ce quelqu'un sourit, heureux d'être vivant et heureux d'avoir sauté malgré la peur qui lui tordait les boyaux de son estomac. Pour en revenir au sujet, c'est là que ce cache le bonheur, derrière ce qui nous effraie le plus. Ouais, depuis que je suis jeune, j'ai toujours eu peur du contact humain, pas d'avoir des amis, seulement de faire le premier pas, mais pendant mes six mois, je devais me débrouiller par moi-même, ma mère n'était pas là pour s'occuper de moi ou faire mes trucs à ma place. D'accord, je l'admets, même en France, je me débrouillais, mais c'était plus facile d'échapper à tout ça quand j'étais entouré de gens que je connaissais et qui pouvaient faire ça à ma place. Pourtant, j'ai appris aussi que dans la vie, on ne peut pas tout faire par soi-même, certaines personnes pensent que c'est le cas, j'étais de ceux-là avant. Parfois, je croyais que je pouvais faire certains trucs sans l'aide de personne, pourtant, à quelques reprises, j'ai dû demander de l'aider pour faire réparer ma voiture alors que j'étais en panne sur le bord de l'autoroute, demander de l'aide pour me faire comprendre dans mon anglais pourri. J'ai découvert aussi que je pouvais aider et qu'effectivement, aider quelqu'un qui est dans le besoin, c'fait vraiment du bien à l'intérieur, dans le même sens que lorsqu'on boit un chocolat chaud après une tempête d'hiver.

Chapitre Trois.

Alors voilà, pendant six mois, je n'ai pas appelé une seule fois mes parents, mes amis ou toutes les personnes que je connaissais. Je me suis déconnecté du monde ou plutôt non, je me suis déconnecté du téléphone, d'Internet. Je sais pas pourquoi, je ressentais le besoin de pas donner de nouvelle. J'admets que depuis que je suis petit ma mère a toujours été là, même quand je suis allé habiter en appart, un coup de téléphone par semaine. Je sais ce que vous vous dites, que je suis un fils à maman. Je dis non, je suis pas un fils à maman, j'ai toujours eu une très bonne relation avec ma mère, peut-être que dans le fond, j'avais besoin de couper les ponds avec elle, maman si tu vois ceci, sache que je t'aime et que c'était pas contre toi. J'avais besoin de prendre mon indépendance aussi, pas mon indépendance face aux relations humaines, mais je parle de mon indépendance face à la vie. Parce que je voulais vivre ma propre expérience avant de tout commencer. Je n'avais pas envie de me poser dans une petite maison, me marier, avoir des enfants, travailler et encore travailler sans oublier aller aux parties de foot de mon garçon sans avoir vécu, je croyais que c'était ça au début. Mais au fond, j'ai toujours accordé une importance à nos désirs personnels, vous voyez, de nos jours, quand on dit vivre, dans la grande partie du temps, c'est travailler, on n'accorde que très peu de temps à nos désirs. Un peu comme mon père qui a été dans l'armée pendant tout sa vie et pourtant, depuis qu'il est jeune, il rêve de faire de l'escalade dans les montagnes dans je ne sais plus quel pays. Aujourd'hui, mon père est rendu à cinquante ans et il a toujours fait passer son travail et sa famille avant lui-même. Je ne suis pas entrain de dire que c'est mauvais ce qu'il a fait, mais je ne voulais pas faire la même chose, être rendu à l'âge d'or et de ne pas avoir fait certaines choses avant. Et puis, j'ai appris derrière cette indépendance à vivre, pas à survivre. Je considère que se lever le matin, prendre son café avec deux laits, aller au travail et se coucher se nomme survivre et c'est ce que je faisais. Vivre pour moi est prendre des risques, je ne sais pas moi, sortir un soir de semaine en boîte alors qu'on travail tôt le lendemain matin, aller manger au restaurant alors qu'on avait prévu faire un souper grandiose à la maison, d'accord ce n'est pas de très gros risque, mais déjà c'est mieux que de manger des pâtes du mercredi de chaque semaine, ça fait changement. J'en ai eu pour mon argent pendant ces six mois. Ne pas savoir où on va dormir, ne pas savoir ce qu'on va voir durant la journée, les gens qu'on va rencontrer, manger de la nourriture totalement inconnue, se perdre en cherchant une rue avec une carte, savoir si on va avoir assez d'essence pour se rendre dans la prochaine ville inconnue. J'ai appris des choses aussi pendant mon voyage, comme apprendre à faire du surf, apprendre à manger avec des baguettes, perfectionner mon anglais, aussi avoir des bases d'espagnol, de russe, apprendre à nager aussi, savoir quelle pastèque prendre au marché, parce que oui, avant tout ça, la majorité du temps je prenais toujours les mêmes trucs au marché, je ne faisais pas attention vraiment, je jetais tout dans mon panier et puis voilà, l'épicerie était fait. J'ai pas seulement appris des trucs comme ce que je viens de dire, j'ai appris à faire confiance, à qui faire confiance, à m'adapter, à socialiser surtout, à comment faire réellement ma personnalité. Même à vingt-quatre ans on peut encore apprendre sur soi-même, à tous les âges aussi, ça n'a pas nécessairement une date limite l’apprentissage.


Chapitre Quatre.

Dans la vie de tous les jours, on ne s'attend pas à se faire renverser par un bus ou je ne sais pas, se faire prendre de surprise un beau matin par quelqu'un dans la rue. J'ai pas toujours cru au destin, ni au karma, je pensais toujours que c'était qu'une question de croyance ou de manière de pensée, finalement, je me suis mit, au cours de ce voyage, ça croire à tout ça. Faut croire que cette fille qui m'avait renversé en bus un beau matin m'a changé elle aussi. Parfois, je me dis qu'on mesure mal l'impact d'une personne dans notre vie, c'est avec cette pensée, c'est en passant près de quatre mois avec elle que je me suis rendue compte que le destin avait sa place et le karma aussi. Je me dis parfois, que si elle n'avait pas été là quand on est tombé en panne un beau jour, peut-être que je serais resté sur place pendant plus de deux jours à mourir déshydrater. Peut-être que finalement, je n'aurais pas adopté ce chien dans cette animalerie dans une petite ville, peut-être que je ne me serais pas mit à boire du café intensivement. Avant, je ne portais pas attention aux petits détails, en fait, je trouvais généralement tout de banal, à croire que j'étais moi-même quelqu'un de banal. Avec elle, j'ai appris à remarquer des minuscules détails qui pouvaient faire toute la différence ou seulement changer ma manière de voir les choses. J'ai appris à voir plus loin que le regard, plus loin que l'apparence, j'ai appris à voir au travers des yeux. Je me suis toujours demandé comment quelqu'un pouvait savoir comment on allait avec un simple regard, même si on avait le regard illuminé. J'ai su que malgré ça, les yeux peuvent rester sombre et inerte. Vous allez sûrement me prendre pour un gamin innocent, ce que je suis au fond et j'assume parfaitement, mais je suis certain que je ne suis pas le seul qui n'avait jamais remarqué auparavant. Voilà l'impact que cette fille a eu sur moi, elle était un peu comme mon guide, même si je lui apprenais des trucs à mon tour. Je ne sais pas si j'ai changé sa vie à elle, je devrais lui demander après cette vidéo. Pendant mon petit séjour, j'avais beaucoup réfléchi à mes relations, non pas celles amoureuses, mais des relations tout simplement. Je me demandais pourquoi certains amis étaient encore dans ma vie alors qu'ils méritaient juste un coup de pied au cul ? Pourquoi je me distançais de plusieurs personnes qui au contraire, seraient bénéfiques dans ma vie ? C'est là parfois qu'on voit à quel point c'est illogique. Quand je suis revenue, j'ai fait un grand ménage dans tout ça, en prenant grand soin de LA garder dans ma vie.

Chapitre Cinq.

En somme, j'ai beaucoup parlé, je tiens à finir en disant que pour moi, ça été un peu la révélation de ma vie, ce qui m'a permis d'avancer, qui m'a fait renaître. On parle souvent qu'après une expérience troublante ou après avoir frôlé la mort, on prend vraiment conscience de l'importance de la vie et à quel point elle est courte. Moi, j'en ai pris conscience au cours de mon voyage, je crois avoir changé pour le mieux. Je n'ai pas été fier de grand chose dans mon existence, mais je dois dire que je suis sacrément fier de tout ça. Du chemin que j'ai pu accomplir, à quel point je suis moins faible que je le croyais. J'ai retrouvé foi en l'humanité après ça, j'ai découvert que tout n'est finalement pas perdu pour l'humain, à croire que la gentillesse existe encore. Je suis passé par tellement d'émotions, par tellement de situations que j'arrive à peine à y croire encore aujourd'hui. J'ai échangé de place pendant 24 heures avec un itinérant, je n'ai pas apprécié pleinement l'expérience, je crois que j'étais habitué au confort de ma voiture comparé aux journaux. Je me suis mit à la place de plusieurs personnes lors de ces six mois. J'ai ouvert les yeux. J'ai ouvert les yeux sur ce que je voulais, je m'étais dit que je n'avais pas envie de retourner à Nice, que je voulais pas faire un métier que je n'aimerais certainement pas, car j'avais choisi sociologie au hasard. J'y repense et ne prenez pas cette décision, n'importe quel chemin est bon pour vous menez vers votre but, moi je croyais que je devais suivre le chemin qu'une bonne partie des gens empruntaient et je me suis finalement rendu compte que j'avais été con. C'est différent pour tout le monde, je ne dis pas que vous allez trouver le bonheur en faisant ce que moi j'ai fait ou trouver le sens à votre vie, c'est quelque chose que vous allez trouver seul si vous le désirez. Et puis vous savez, les choses les plus banales sur la Terre peuvent devenir pas si banal que ça finalement, je prends par exemple qu'en ce moment j'habite dans un appartemment simple à Darwin en Australie, je reste sur la plage toute la journée et je gagne ma vie avec deux boulots. Mais vous savez quoi ? Je suis heureux, mes parents sont fiers de moi, même ma soeur m'a avoué récemment qu'elle voudrait découvrir que ce que j'ai découvert. Il manque plus que je tombe amoureux et la vie va m'avoir tout donné.

Sur ce, je vais vous laissez. Je tiens seulement ;a dire que, n'ayez pas peur de faire ce qui peut vous paraître bénéfique pour vous même si les autres vous disent le contraire. Il y a rien de plus merveilleux sur la planète que de voir par ses propres yeux l’immensité de joie que peut nous apporter la vie, faut seulement prendre les occasions qui viennent et finalement ... vivre pour nous n'est-ce pas ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wes Pritchard
ADMINISTRATEUR
arrivée le : 10/07/2012
posts : 288
crédits : moon palace
avatar : julian sexy schratter
âge : 21 ans m'dame !

MY ROLE PLAY CARD
Libre pour RP ?: Oui

MessageSujet: Re: FIX YOU (t.b)   Jeu 16 Aoû - 0:27

LICOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOORNNEEEE

Bienvenue parmi nous (a) bah quoi ? Faut bien que je t'accueille quand même grâce à toi jsuis plus forever alone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thebigbreak.bbfr.net
avatar

L. Deer Toussaint

arrivée le : 15/08/2012
posts : 186
crédits : .lollipops
avatar : Tim Borrmann.
âge : 24 requins.

MY ROLE PLAY CARD
Libre pour RP ?: Oui

MessageSujet: Re: FIX YOU (t.b)   Jeu 16 Aoû - 0:35

Ça va devenir notre mascotte officielle cette licorne.

BIENVENUUUE HAHAHAHAHAHAHA, j'te dis un gros merci heiiin, j'espère que tu seras là pour moi si j'ai des questions. Arrow ehhh nnnoon, on va délirer à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wes Pritchard
ADMINISTRATEUR
arrivée le : 10/07/2012
posts : 288
crédits : moon palace
avatar : julian sexy schratter
âge : 21 ans m'dame !

MY ROLE PLAY CARD
Libre pour RP ?: Oui

MessageSujet: Re: FIX YOU (t.b)   Dim 19 Aoû - 7:35

Ouais t'inquiètes jsuis là
ton avatar est tueur en plus, beauuu gosse le cerf !
jpeux t'appeler bambi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thebigbreak.bbfr.net
avatar

L. Deer Toussaint

arrivée le : 15/08/2012
posts : 186
crédits : .lollipops
avatar : Tim Borrmann.
âge : 24 requins.

MY ROLE PLAY CARD
Libre pour RP ?: Oui

MessageSujet: Re: FIX YOU (t.b)   Dim 19 Aoû - 18:41

Ouuuais, ça va donner une couche de masculinité ce surnom.

&&' Je t'ai trouvé le plus beau surnom de la Terre, Wes dand l'OUEST.

_________________
    une licorne
    SIGN BY © ASAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: FIX YOU (t.b)   

Revenir en haut Aller en bas
 

FIX YOU (t.b)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE BIG BREAK ☀ Win a ticket to Australia - 2012 PRODUCTION ::  :: POSER SA CANDIDATURE :: VALIDEES-